Services Web

Services web géographiques, état de l’art et perspectives

Cet article, rédigé avec Pierrick Yalamas et Elise Pelegris et publié en octobre 2008 par Géomatique Expert présente les résultats d’investigations menées par IETI Consultants en 2008 sur les Services Web et a plusieurs objectifs : clarifier quelques aspects de définition sur les services web géographiques, notamment en les positionnant dans le cadre plus général des services web « informatiques » ; présenter les conclusions d’une enquête et d’un test d’interopérabilité réalisé sur les solutions du marché ; identifier les principaux enjeux liés au déploiement de services web dans le domaine de la géomatique.

Nouvelles architectures SIG et Web Services

Cet article a été rédigé comme support d’une présentation réalisée en 2008 au Géo-événement par Henri PORNON et Pierrick YALAMAS. Les concepts de SOA et de Web Services sont à la mode dans le monde des systèmes d’information et de nombreux éditeurs de SIG communiquent aujourd’hui autour de leur prise en compte des normes WMS, WFS et autres WCS. Le but de cette présentation était de rappeler brièvement les concepts de SOA, de Web Services, de présenter de façon très succinte les normes WMS, WFS, WCS (etc), de présenter les résultats d’une enquête réalisée auprès des éditeurs sur la prise en compte par les offres SIG du marché des concepts de Web services et des normes spécifiques à la géomatique, et enfin d’en tirer quelques conclusions sur l’évolution des architectures informatiques et de la place des SIG dans ces nouvelles architectures.

Les choses évoluent très vite dans le domaine des Services Web. L’OGC produit régulièrement de nouveaux standards, les éditeurs incorporent de plus en plus de standards à leurs offres, les standards de l’OGC, basés initialement sur l’approche REST, se rapprochent du protocole SOAP, condition pour qu’ils soient intégrés à des architectures urbanisées de systèmes d’information…

Cependant, les usages de ces Services Web restent encore limités : l’instabilité des URL et la performance des moyens de communication et des serveurs est encore une source d’inquiétude. Qui sait dire combien de serveurs seraient nécessaires pour remplacer une plate-forme de mutualisation privilégiant le téléchargement périodique des données à une plate-forme ouvrant des accès équivalent aux données sous forme de Services Web ?

Ces usages sont majoritairement confinés au domaine géomatique (interopérabilité entre plates-formes, serveurs et clients SIG) alors que l’intérêt des Services Web est également de faciliter l’interopérabilité entre les SIG et d’autres applications informatiques. A l’heure où la connexion entre applications d’instruction des procédures d’urbanisme et SIG pourrait se faire par appel mutuel de Services Web, certains fournisseurs proposent encore des modes de communication basés sur l’import et l’export, ce qui est une solution de facilité pour eux, mais pas pour l’utilisateur, qui se voit imposer des tâches fastidieuses et inutiles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s