Mise en conformité INSPIRE, punition ou nécessité pour les collectivités ?

Deux missions récentes d’études préalables de plateformes de mutualisation de l’information géographique réalisées dans deux régions de France, ont été l’occasion de faire un point sur l’état d’avancement des organismes publics de ces deux régions dans la mise en conformité INSPIRE. Sans surprise, dans les deux régions comme sur le reste du territoire national, les administration sont plutôt bien avancées et les collectivités très en retard. Ce n’est une surprise pour personne, et le plus intéressant n’est pas dans ce constat, mais dans les échanges sur le sujet réalisés avec les collectivités lors des entretiens.

Dans leur immense majorité, celles-ci voient la mise en conformité INSPIRE comme une opération inutile, coûteuse en temps, lourde, compliquée et sans intérêt : en d’autres termes, INSPIRE est vu comme une punition ! Il faut créer des métadonnées et mettre en place des dispositifs de diffusion dans des standards prédéfinis pour faire plaisir à l’Union Européenne et comme cela ne sert à rien en interne, autant renvoyer indéfiniment cette contrainte aux calendes grecques ! C’est apparemment le message qu’elles reçoivent de leurs instances de coordination au niveau national.

En revanche, lors de ces mêmes entretiens, toutes les collectivités sont intéressées par la possibilité de disposer d’un point d’accès unique aux données des divers organismes, pour en faciliter la recherche, s’assurer qu’on a bien les données les plus récentes et si possible, pour un pourcentage non négligeable d’entre elles, remplacer le téléchargement par des accès Web Services qui leur garantirait d’avoir en permanence les données les plus fraîches. En d’autres termes, toutes les collectivités souhaitent avoir accès à une plateforme leur proposant des métadonnées standardisées et des services d’accès aux données également standardisés. Il semble donc qu’elles plébiscitent, dans leur intérêt pour les plateformes de mutualisation, les standards qu’elles rejettent dans le cadre d’INSPIRE.

Il est donc temps que les collectivités changent de point de vue sur INSPIRE. Il n’est pas nécessaire qu’elles documentent leurs données à l’aide de métadonnées pour INSPIRE, mais pour mieux connaître leur patrimoine de données et le rendre plus accessible en interne et à leurs partenaires (notamment sur les plateformes de mutualisation). Leur participation à ces dispositifs de mutualisation nécessite qu’elles documentent leurs données. Ce n’est pas pour INSPIRE qu’elles devraient mettre en ligne leurs données pour les rendre accessibles via divers standards techniques, mais pour que leurs partenaires puissent accéder à ces données aussi facilement qu’elles souhaitent accéder à celles de leurs partenaires. C’est aussi la condition de leur participation à ces plateformes.

Le jour où les collectivités auront produit cet effort de contribution aux plateformes de mutualisation sous forme de métadonnées et de dispositifs d’accès aux données, elle s’apercevront qu’elles ont fait l’effort de mise en conformité avec la Directive INSPIRE. INSPIRE devrait donc être vu comme le sous-produit d’une bonne gestion des données et de la contribution des collectivités aux dispositifs de mutualisation et non comme une obligation formelle définie par des technocrates au niveau européen.

Cet article, publié dans ADD Catalogage, Open Data, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Mise en conformité INSPIRE, punition ou nécessité pour les collectivités ?

  1. Marc Leobet dit :

    Merci pour ce billet!
    Eh oui, les directives européennes sont vues comme des contraintes purement sorties de la cervelle de technocrate bruxellois, alors que le plus souvent elles sont des propositions de solutions issues des problèmes rencontrés dans les Etats membres.
    C’est pourquoi, depuis un an, je parle le moins possible d’INSPIRE au bénéfice du partage de données.

  2. Georgie dit :

    Comment expliquer à quel point le dernier mot d’Henri Pornon me parle, me conforte et me renvoie à mon travail de presque tous les jours… Vérité pure ? Illumination divine ? En tout cas merci !
    J’irais plus loin: bannissement total des mots « Inspire » et « méta-donnée » quand l’on s’adresse aux producteurs, au profit du simple concept de « stockage de données ».
    « Vos données sont-elles capables d’émettre des services? »
    Si « oui », elle mérite une fiche de métadonnées, car il s’agit de votre visibilité et vous avez la main sur vos services.
    Si « non », c’est qu’elles ne sont pas stockées de façon durable, et l’état vous propose forcément un moyen gratuit de le faire. Précipitez-vous avant de perdre vos données!

    En théorie, tout fonctionne…

  3. ThomasG77 dit :

    La similitude avec les portails OpenData est assez frappante.
    Les collectivités qui doivent « assainir » les données non normalisées et se plaignent que c’est un coût.
    Comme il n’y a pas de consommation en interne des données OpenData qu’elles produisent pour l’extérieur, c’est vue comme double boulot pour elles.

    Avec les métadonnées, c’est la même chose: elles redocumentent ce qui devrait l’être une fois pour toute (genre l’agent 1 l’a documenté à sa sauce, puis l’agent 2 pas au courant pareil car dans un autre service)
    Pour moi, le refus d’INSPIRE, c’est le syndrome de mauvaises pratiques persistantes qu’on ne veut pas remettre en cause (faute de moyen ou de résistance au changement) alors qu’elles nous bénéficieraient en mutualisant les efforts.
    La manière de faire passer le message est un des moyens mais il restera toujours ceux qui veulent s’abriter derrière un discours de complexité technocratique imposée pour éviter de bouger…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s